Eugéne Sue et Beuville, “appel aux planches” !

 Le Morne au Diable



Premier épisode : “Journal de Tintin” n°10 – 9 mars 1951

Extrait

 

 

 

 

« Le Morne au Diable ou l’Aventurier » par Philippe Capart et Stéphane Goblet

Il y a quelques créateurs exceptionnels qui sont aussi méconnus du grand public qu’ultra reconnu par les acteurs de la profession. Ces artistes nourrissent leurs collègues par l’originalité et la force de leurs visions, mais semblent condamnés à rester dans l’ombre de leurs admirateurs, Georges Beuville en est un des exemples le plus frappants. Cabu, Bretécher, Franquin, Jijé, Hergé, Jacobs, Will, Macherot, Bara, Peyo, Blutch, Blain, Sfar, Severin, Hausman, Follet, Rosy, ne sont que quelques-uns des auteurs qui ont été nourris par son trait.

Par un cercle de passionnés, en première ligne duquel il faut placer sa fille et petite fille ainsi que René Follet, François San Millan et Loïc Dauvilliers, son travail reprend peu à peu de la visibilité. C’est pour contribuer à ce début d’émergence, que nous avons, dans le cadre de la librairie éditrice La Crypte Tonique, amorcée ce projet d’édition d’une de ses créations méconnues « Le Morne-au-Diable » basé sur le texte d’Eugène Sue daté de 1842.

Ce récit de 35 pages fut commandé à Beuville par Hergé, alors directeur artistique, et publié, à raison d’une page par semaine, dans le Journal Tintin au cours de l’année 1950. Bien que cette première publication était qualitative -le journal étant publié en héliogravure —, elle ne rendait pas justice à l’extrême précision de ses tracés de plume, ses tonalités au crayon et ses nuances au lavis.

Les originaux ont longtemps dormi à la rédaction historique du journal des éditions du Lombard à Bruxelles. Puis, il y a plusieurs dizaines d’années, elles ont quitté la léthargie du placard pour atterrir dans des Institutions ou chez des artistes connaisseurs. Avec leurs collaborations, un travail de numérisation des planches a été amorcé.

Sur les 35 pages composant le récit, il en manque aujourd’hui 12. Les pages 2, 8, 11, 15, 16, 17, 18, 24, 33 et enfin la 34 (ou manque seulement la bande du milieu). Les pages ont été réalisées au format d’impression du journal 30 x 20,5 cm, certaines sont réalisées avec des rehauts au lavis, gris ou rosé. Toutes informations sur la localisation de ces dernières sont les bienvenues et l’anonymat des détenteurs des œuvres sera, si désiré, respecté.
Avec votre aide, un nouveau lectorat pourra assister aux aventures du chevalier Polyphème de Croustillac sous le fleuret du Maistre Georges Beuville.

Pour prendre contact avec nous

 

Georges Beuville comic’s is in project for 3 years now, freely adapted novel from Eugène Sue’s, this account of 35 pages was ordered from Beuville by Hergé and was published in the ”Journal de Tintin” during the year 1951. This graphic masterpiece ever published in album, will be accompanied by a file and artists’s interviews marked by Georges Beuville, brilliant forever ! We appeal to find the last missing original boards with the assembly of this beautiful project. If you had a track  don’t hesitate to get intouch with us, thank you in advance.